• * LES YEUX D'UN CŒUR *

     

    ... La nuit qui vous entoure d'un éternel obscur

    Vous prive des regards portés avec les yeux

    Sur l'horizon fuyant d'une verte Nature

    Négligée par les sots qui se croient malheureux ...

     Dignement sans gémir vous acceptez le sort

    Qui vous a isolés dans un profond néant ;

    Inhumaine frontière que l'égoïsme ignore

    Solitude et chagrin dans ce désert brûlant ...

    Pour vous pas de soleil encore moins de ciel bleu !

    Les couleurs de la vie brillant de mille éclats

    Jamais ne parviendront à égayer vos yeux

    Enfermés dans le noir qui ralentit vos pas ...

    Vous refusez pourtant de blâmer le destin

    Que vous n'accablez pas malgré votre fardeau ;

    Les pièges sont nombreux sur ce morne chemin

    Étalant sous vos pieds son sinueux manteau ...

    Mais votre volonté vous permet de sourire

    Et de vous affirmer en dépit des tourments ;

    La vie devient chanson qu'un Ange sur sa lyre

    Fredonne dans vos cœurs qui s'ouvrent pleinement ...

    Ce jardin merveilleux qu'au monde vous offrez

    Exemple de douceur et de bonté sans fin

    Devrait permettre aux gens voulant encore aimer

    De se mettre à genoux et vous tendre la main ...

    Vous ne pouvez pas voir la couleur de la peau

    L'habit ou la beauté des gens qui vous entourent ;

    Des modestes logis aux fabuleux châteaux

    Pour vous rien ne diffère partout aux alentours ...

    Rien ne vous influence en aucune façon

    Quel que soit le degré d'hypocrisie masquée

    Peaufinée par les gueux vivant de corruption

    Méprisant les valeurs d'honneur et de fierté ...

    La voix de l'être humain pareille au chant d'oiseau

    Vous permet de juger sans le moindre artifice ;

    Lorsque le son est pur dans vos cœurs il fait beau

    Et confiants vous tendez vos mains tendres et lisses ...

    ... Il n'y a pas je crois de plus triste néant

    Que celui dans lequel l'égoïsme conduit ;

    Il n'y a pas non plus d'avenir éclatant

    Pour les cœurs sans valeur qui n'ont jamais fleuri ...

     

    © Richard NATTER.  (Fontaine 1984)

    °o°o°o°o°o°

     

    votre commentaire
  • * ILS SONT HANDICAPÉS *

     

    ...L'égoïsme inhumain enferme les valeurs

    Dans nos cœurs étouffés que la vie asphyxie ;

    Aveuglés d'apparences épuisés par la peur

    Nous cherchons affolés une vaine sortie ...

    Nous voulons à tout prix négligeant l'essentiel

    Gagner tous les combats imposant par la force

    Notre désir ardent d'atteindre enfin le ciel

    Qui demain croyons-nous protégera nos gosses ...

    Cette course effrénée épuisante et sournoise

    Nous prive des beautés que nous ne voyons plus

    Nous poussant à l'excès elle se moque narquoise

    Des effets meurtriers qui brisent les vertus ...

    Éblouis d'utopie, errants indifférents

    Nous croisons les chemins de ceux qui sans manière

    Avancent dans la nuit supportant les tourments

    Du cruel handicap enfermant leurs prières ...

    Ils sont si près de nous que l'on ne les voit pas

    Mutilés dans leur corps ils souffrent en silence

    Dignement résignés ils mènent un combat

    Lancinant et ingrat réfutant l'apparence ...

    Ils ne réclament rien jamais ne se plaindront

    Subissant doublement le prix de l'injustice

    Sans pour autant blâmer les langages abscons

    Promesses erronées ironiques prémices ...

    Ils s'accrochent à la vie qu'ils bénissent entre tout ;

    Courage et volonté que jamais rien n'affecte

    En font ces Chevaliers qu'humblement à genoux

    Nous devons admirer sans masque ni courbette ...

    Nous qui pleurons toujours à la moindre douleur

    Voulant tout obtenir sans trop de sacrifices

    Respectons ces gens là cultivant la pudeur

    Avec eux bâtissons le plus bel édifice ...

    ...Ils sont Handicapés mais leur cœur est très pur

    Ils sont handicapés mais loyaux et honnêtes

    Ils sont handicapés et nous sommes impurs

    Ils sont handicapés et nous odieux et bêtes ...

     

    © Richard NATTER.   (Albertville 1989)

    °o°o°o°o°o°

     

    votre commentaire
  •         Les politiques de tous bords se livrent à des règlements de compte infâmes, en oubliant pourquoi ils se bouffent la rate avec une telle violence. De droite comme de gauche, en passant par le centre, la scène politique ressemble plus à un mauvais pamphlet théâtral, qu'à la préparation d'une élection présidentielle digne de ce nom. Quelle belle image donnent-ils à celles et ceux qu'ils ont l'outrecuidance de solliciter par courriels ?

         Qu'ils se moquent du peuple, depuis le temps tout le monde en est conscient. Qu'ils n'aient qu'une envie, celle de briguer la plus haute marche, c'est indéniable. Que leur seul désir soit de se remplir les poches, qui en doute aujourd'hui ? Alors pourquoi, dans chacun de leur discours, essaient-ils de passer pour des Saints ? Saint-Crésus, file-moi ton fric yes

         Que dire des médias en général, qui jouissent de ces déchirures partisanes, pour faire grimper leur audimat ! L'impartialité de ces apprentis journalistes est aussi dérisoire que les candidats qu'ils ont décidé de défendre. À cause d'eux le pauvre Nicolas Sarkozy, comme en 2012, est devenu leur souffre-douleur mad Aura-t-il la force d'affronter cette meute enragée qui dans son propre parti, affiche le plus ignoble des comportements ?

         Comme en 2012, quand j'ai exprimé ma douleur dans mon Essai : 6 Mai 2012, mise à mort de la France " (dont il ne me reste que dix exemplaires en attendant le changement d'éditeur) cette année je suis en train d'écrire un nouvel Essai : " Déliquescence de l'Humanité " qui résumera d'une manière explicite le malaise actuel et ses conséquences sur l'humanité. J'appuie là où ça fait mal, en affirmant que les politiques en sont responsables majoritairement. Sinon, pourquoi les citoyens ne leur font plus confiance ? Et cette absence de confiance précisément, risque bien de nous conduire au chaos.

         Une fois encore, les Français sont pris en otage et cela n'affecte en aucune manière celles et ceux qui jouent les rédempteurs avec autant de mépris. Attention quand même mesdames et messieurs les magouilleurs, tôt ou tard le volcan qui sommeille à vos pieds, risque bien de provoquer une éruption qui mettra un terme à vos combines !

        

     

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires